pariscadecs
       
       

Territoires et Cinéma


Membre du Groupe C.I.N.E.M.A, Territoires et Cinéma est la partie « institutionnelle » des problématiques cinémas. Nous sommes évidemment partie prenante dans la rédaction de l'Agenda 21 du Cinéma, initiative de Territoires et Cinéma, et principalement  sur la partie consacrée à la place du spectateur :

Vous en saurez plus sur le site de Territoires et Cinéma :

http://www.territoires-cinema.fr   

mais rappelons ici les principaux buts de cette démarche :


L'agenda 21 pour la culture cinématographique se donne comme objectif d'offrir de nouvelles pistes de réflexion et d'action  pour l'ensemble des responsables de la chaîne du cinéma. Il se situe délibérément dans l'axe du développement durable et se propose de :

 

Remettre le spectateur au centre du dispositif de création cinématographique

Le cinéma et l'animation de la ville :
-    rôle spécifique, en particulier le soir

Le cinéma et le patrimoine culturel :
-    diversité culturelle, respect des cultures et traditions,

le cinéma et les « nouveaux programmes »
-    opéra, concert, spectacle vivant et sport

Le cinéma et les publics particuliers :
-    handicapés, personnes âgées, publics : hôpitaux, prisons, etc...

Le cinéma facteur d'intégration sociale :
-    spectacle tous publics,
-    spectacle en « famille », « en groupe », « en communauté »

Le cinéma et la chronologie des médias :
-    un changement dans la chronologie peut il modifier le comportement des spectateurs ?

Informer la profession sur les évolutions technologiques et les incidences sur le développement durable, notamment en étudiant les nouveaux outils de la chaîne cinématographique sous l'angle de leurs impact sur l'environnement.

Garantir une démarche écologique dans la gestion des salles de cinéma en accordant une attention particulière
-    aux économies d'énergie et au recours aux énergies nouvelles pour des bâtiments dont on connaît la voracité énergétique,
-    aux traitements des déchets et au recyclage des produits,
-    aux achats éthiques, issus du commerce équitable ou de l'agriculture biologique,
-    à favoriser les transports en commun en négociant si nécessaire avec les régies de transports...

Concernant l'empreinte écologique des tournages, il s'agit par exemple d'impulser :
-    la facilitation de la fourniture de branchements électriques forains afin de réduire le nombre de groupes électrogènes sur les tournages en extérieur
-    la limitation du recours excessif aux vols aériens en optimisant les déplacements et favorisant le train ou le covoiturage
-    une réflexion concertée avec les communes afin d'assurer la mise en place de zones de stockage des véhicules, de fournir et d'enlever le matériel nécessaire au tri sélectif des déchets de plateau...

Réfléchir sur l'économie de la chaîne de la production à la diffusion.

L'arrivée du numérique dans tous les secteurs de la chaîne cinématographique modifie la donne :

-    Changement des interlocuteurs : du photochimique vers le monde de l'informatique, disparition à terme des laboratoires photochimiques
-    Changement des processus de distribution : livraison du support de  projection dématérialisée.
-    Evolution prévisible des supports de promotion (disparition de l'affiche papier au profit d'écran plat, de promotion sur Internet, les téléphones portables...

L'évolution des contenus, des formes d'exploitation, des logiques de consommation :
-    la nécessité de repenser les concepts (la salle de cinéma, l'art cinématographique)

La survie des films en salle face aux autres modes de diffusion des images et la légitimité de la salle dans la chronologie des médias.

Le piratage et la contrefaçon.

La différenciation des actions du secteur dit « non commercial » et du secteur de l'exploitation.

La différenciation des opérateurs de l'exploitation cinématographique (statut juridique, pratiques professionnelles. enjeux économiques et culturels) :
-    la nécessité d'une refonte du système d'aide, en faveur d'une meilleure sélectivité.

L'arrivée de la projection numérique :
-    la possibilité d'un bouleversement de la filière, la question du maintien de la diversité culturelle et de l'aménagement du territoire.

L'engagement de l'Etat et des Collectivités Territoriales auprès des acteurs du secteur (équipement numérique, action culturelle).

L'étiolement de la solidarité interprofessionnelle (causes et solutions).

Le maintien de la régulation sectorielle du cinéma français dans le contexte réglementaire européen.